et pas que..

Je voudrais te souhaiter un joyeux anniversaire et pas que….

Je voudrais t’offrir du bonheur et pas que…

Je voudrais t’allouer de la joie et de la bonne humeur et pas que…

 

Je voudrais effacer toutes tes peines et pas que..

Je voudrais m’excuser d’avoir rater quelques épisodes de ta vie et pas que..

parce que trop submergée dans mes propres ennuies

 

Je voudrais graver les échelons et t’offrir le printemps et pas que…

Pour tes trente ans, très chère rien n’est si cher ….

Rien ne vaudrait ton brillant avenir ….

Rien ne vaudrait tes prochains sourires ni tes prochains fous rires….

 

Les mots sont désuets et les lettres sont insensibles et pas que..

Elles se retiennent, elles sont gênées et pas que..

Elles ne peuvent repeindre un Picasso ou plagier un Rimbaud

Elles se sont déliés en silence pour t’exprimer mes souhaits et pas que…

 

Un futur radieux aussi ensoleillé qu’un été en Californie …

Un destin prospère pour égayer tes lumières…

Des roses, des lilas, des fleurs en guise de cadeau et pas que…

Bonheur, santé, prospérité et pas que…

T’es la meilleure et pas que…

Une âme délicate et un cœur gracieux et pas que…

 

 

#FreeAziz

Je n’ai jamais rencontré ni connu Aziz. Je ne fais pas partie de ce cercle huppé des gens influents des réseaux sociaux. Je l’ai même unfollowé sur Twitter. Certains de ces propos heurtaient la sensibilité de la fille réservée et pudique que je suis. ça n’empêche que j’ai partagé et soutenu pléthore de ses combats,  combats qui recensent son engagement envers cette Tunisie que nous portons tous et chacun dans nos coeurs.

Je l’ai découvert à, l’aube de la révolution. Je lisais ces posts avec un coeur battant à tout rompre. Faut avouer que j’avais ni son courage, ni son audace.  Cependant, il ne faut pas se leurrer mais rares l’avaient, même ces politiciens qui ne quittent plus de nos jours les plateaux de télévision. La parole, ça n’a jamais sauvé un peuple de la dérive, les actions, les actes le font. Agir, c’est ce que Aziz a toujours fait. Quand on l’invitait, il parlait de ce qu’il a fait , de ce qu’il fera, de ce qu’il aurait du faire, accusant et s’offensant des politiques houleuses des uns et des autres.

Jadis, on soutenait les gens par compassion (« le pauvre il ne mérite pas ce qui lui arrive ») quelques larmes versées dans les médias et les foules se mobilisent. Aujourd’hui, ravie de vous annoncer que ça ne se passe plus comme ça. Cette ère est révolue.  Aujourd’hui, on soutient les individus qui ont des valeurs, des idées…On soutient des gens qui n’agissent pas au gré du vent qui essaient de changer le monde au nom de la liberté.

Pour certains, il représente une figure emblématique de la révolution pour d’autres c’est un satan qui porte atteinte à l’éducation de leur enfants et menace nos moeurs et nos valeurs.  Je n’ai jamais cru qu’un jour, moi, je défendrai quelqu’un qui fume du cannabis, Moi ???! Je ne crois pas à cette plume qui s’est saisie de ma main et a peint ses quelques lignes.

Image

En conclusion, très chers Tunisiens très chers citoyens du monde soyez unis contre l’injustice et engagez-vous! La prison, elle n’a jamais arrêté un meurtrier de récidiver , ni un voleur de tenter de nouveau le grand coup.  Mais eux, ce sont des criminels  et les consommateurs ne le sont pas. Ils sont nos enfants, voisins, cousins même l’un de vous donc centre de réhabilitation OK. Prison , NON  #FreeAziz

PS: je ne sais pas si j’adhère toujours à ceci qcq années après mais la #loi52 est une manne incontrôlable de corruption  et d’argent sale

 

Enregistrer

Un jour

Un jour, j’ai souhaité, j’ai espéré du fin fond de mon coeur qu’un changement  advient. De tout mon âme, j’ai cru voir le bout du tunnel. Mais, rien ! Du tréfond de mes abîmes, j’ai rêvé que ce beau monde rassemblera ses protons, sa fraîcheur et ses rosiers, la tiédeur de ses pétales, l’innocence de ses plamiers… Mon coeur s’enflamma pour cette lueur d’espoir qui ne s’alluma pas et pour cause, un abruti qui s’est mal conduit. Un être qui n’a pas su mesurer l’ampleur de ses erreurs. Un dirrigeant qui ne saura tenir ses promesses. Des victimes, il y en a par milliers. Ces gens qui trébuchent mais qui se relèvent malgré les coups. Ils ne baissent pas les bras, prient, scandent leur Liberté, réclament leur bonheur baffoué… Ils n’arrêtent pas de se dire qu’un jour leur étoile brillera, qu’ils verront ce levée de soleil.

Ils  essaient toujours de garder l’espoir , mais hélas il leur file entre les doights.  Ils  ont beau se dire qu’il faut être réaliste et qu’il faudrait le mépriser mais reste cette palpitation qui nous retient à la vie, ce souffle qui nous souffle que le meilleur reste à venir et qu’il faut se battre pour l’avenir. Et nous attendons encore…

Attendre encore quelqu’un qui va nous tirer vers l’avant pour arriver à un aussi superbe rendu, une façon de voir les choses differemment, une envie d’arriver à travailler et  de réussir.  Nous aspirons à voir à des étoiles, à toucher le printemps, à partager des fous rire,  à vivre  des émotions. Tout ça et encore…Un jour

 

 

Nouvelle ère

Créer blog c’est une nouvelle expérience que j’ai longtemps redouté. Que vais-je écrire? de quoi vais-je parler? Aurais-je le même impact que ces bloggers chevronnés? Serait-il un blog de fille genre mode et bonnes recettes de cuisine? Serait-il trop cliché pour être lu? Trop de questions, m’a-t-on dit. Mais, créer sa propre ligne éditoriale n’est pas si évident que ça. Espérons que  l’inspiration et l’avènement des actualités prendront bien le dessus.

Franchement, ce n’est pas le courage qui m’a amené à écrire ces quelques lignes mais plutôt  un  meeting de LifeBlogging avec des amis que je followais sur twitter. Il s’est déroulé à Sfax. Oui c’est une première. On n’a pas la chance d’aller à ce genre de rencontre tous les jours. Il faut dire que j’enviais tous ceux qui assistaient au TedX et compagnie. Et moi dans mon coin, je ramais avec le live streaming et la qualité aberrante de ma connexion. Et ce fut un jour où c’est arrivé pour de vrai: un événement de  LifeBlogging dans ma ville. Hallelujah!!!

Partant avec des pas hésitants, j’ai cru que ça se passait dans une salle de conférence en mode workshop. Mais, là surprise c’était plus restreint que ça. Du coup, les mots fusent de partout et tu te retrouves à rédiger ce que tu redoutais tant: ton Blog.  Un bout de toi même, de ta pensée, de tes hobbies…

Ce fut le coup de pouce qui m’a mis sur les rails. Wait and see. Je vous surprendrais  peut être 🙂